Si demain je devais donner des cours de
musicologie intensifs à ma fille, « The miseducation of Lauryn Hill »
fait partie des 10 albums que je lui ferais écouter à coups sûr (Un jour
je vous ferais la liste des 9 autres) !!! Il fait partie pour moi du summum
même de ce que représente la musique black américaine. Je suis si nostalgique
de cette époque, de cette Lauryn Hill. La vie ne lui a pas fait de cadeau et
ici je ne souhaite pas parler de ses déboires, ni amoureux, ni judiciaires,
mais seulement musique !! Cela dit j’aurais tant aimé qu’elle nous offre d’autres
bijoux de ce type.

Bref !!! Juste écouter et
ré-écouter cette album, encore et encore et se souvenir !
Se souvenir de 1998 et de Doo WoP
(That thing) et de son texte :

« Don’t be a hardrock when you’re
really a gem
Babygirl, respect is just a minimum »
Puis de « Everything and everything » et de son
clip ou l’Empire State Building est le centre d’un tourne disque géant :
« I wrote these words, for everyone,
who struggles in their youth

Who won’t accept, deception, instead of
what is truth
It seems we lose the game, before we even
start to play »
Et « Ex-Factor » cette soul aussi douce que
brulante ou Lauryn Hil est d’une classe incomparable dans son clip :
« It could all be so simple
But you’d rather make it hard
Loving you is like a battle
And we both end up with scars »
Ou tout simplement ça reprise anthologique de « Can’t
take my eyes off of you » :
Bref cette album est à écouter encore et encore en
entier ici , moi je ne me lasse pas depuis 1998 !

Lyness’

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *